Pourquoi ignore-t-on la mort dans l’assiette ?

02.01.2019 - By Manger

Download our free app to listen on your phone

Chaque année, on tue plus de 1050 milliards d’animaux pour les manger. Mais pourquoi la majorité d’entre nous semble ignorer la souffrance animale dans son assiette ?

Qui plus est sachant que ça ne risque pas d’aller en s’arrangeant : d’après différents rapports, avec la démographie galopante et la consommation de viande qui ne cesse de croître, la production mondiale de viande devrait augmenter de 75 % d’ici à 2050 pour satisfaire les presque 10 milliards d’humains qui peupleront alors la terre.

Dans ce huitième épisode de Plan Culinaire, deux jeunes femmes, autrefois omnivores, nous racontent comment leur rapport à la viande a changé. Nous avons aussi interrogé deux spécialistes pour savoir depuis quand l’être humain questionne l’exploitation et l’abattage des animaux : le philosophe Peter Singer, auteur de La Libération animale (1975), essai majeur qui a posé les bases d’une réflexion antispéciste, et Irène Courtin, en thèse de sociologie à l'université de Genève, qui s’intéresse aux mouvements animalistes.

Si la souffrance animale vous dérange, mais que vous continuez à manger du bifteck, ou si vous êtes végéta*ien·ne parce qu’elle vous est devenue insupportable, racontez-nous tout sur Facebook, Twitter, Instagram – ou par mail, pour plus d’intimité !

Vous pouvez vous abonner à Plan Culinaire sur Apple Podcasts, sur votre appli préférée grâce à notre flux, sur Google Podcasts, SoundCloud, YouTube, Deezer, Stitcher...

Ressources citées dans l’épisode
La libération animale de Peter Singer
Les travaux d’Irène Courtin
La philosophie à l’épreuve de la viande (Le Monde)
Les chiffres sur le nombre d’animaux abattu chaque année (Le Monde)
Les enquêtes de L214 dans les abattoirs
L'abattage à la ferme (Reporterre)
 See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

More episodes from Manger